La Communion d’Églises Protestantes en Europe CEPE

L’unité dans la diversité

L’Église évangélique réformée de Suisse EERS participe très activement à la CEPE. L’EERS n’est pas seulement une Église membre de la CEPE, mais en outre, des représentants de l’EERS participent au travail des groupes régionaux de la CEPE.

La Communion d’Églises protestantes en Europe CEPE est une organisation d’Églises protestantes. 107 Églises luthériennes, méthodistes, réformées et unies de plus de 30 pays d’Europe et d’Amérique du Sud en font partie. La CEPE représente en tout plus de 50 millions de protestants.

La CEPE existe grâce à la Concorde de Leuenberg de 1973. Celle-ci constate que les Églises peuvent différer puisqu’elles se basent sur l’Évangile comme fondement commun. Ce qui a l’air simple avait des conséquences étendues : ainsi un pasteur luthérien peut par exemple exercer dans une Église réformée ou une pasteure française diriger une paroisse en Allemagne.

La CEPE est communion de culte. Les Églises célèbrent le même culte, la même Sainte Cène, reconnaissent réciproquement le baptême et l’ordination. Elles dialoguent à propos de leurs traditions liturgiques. Elles utilisent le cantique européen commun de la CEPE « Colours of Grace ».

La CEPE est aussi la voix commune des protestants. Beaucoup d’Églises membres sont des Églises minoritaires qui remplissent leur mission dans des conditions parfois difficiles. Dans une Europe qui change, la CEPE renforce et unifie la voix des protestants face aux institutions politiques.

Contact

Martin Hirzel, Directeur des relations extérieures Membre de la Direction élargie Vice-directeur

On my way to Sibiu : la délégation de l'EERS à l'Assemblée générale de la CEPE se présente

HirzelFR Cover
ScheuterFR Cover
KneubühlerFR Cover
OefeleFR Cover
JailletFR Cover

Christine Schliesser est l’oratrice principale à l’AG de la CEPE et se prépare ensemble avec la délégation de l’EERS

SchliesserFR Cover

Deuxième rencontre des représentants et représentantes de l’EERS au sein de la CEPE 

Le 28 mai 2024, la 2e rencontre de ceux et celles qui proviennent des Églises membres de l’EERS et s’engagent soit dans des organes soit dans des processus de la CEPE s’est tenu à Berne. La première telle rencontre avait eu lieu en 2021. Les participants et participantes avaient alors souhaité que ces rencontres se poursuivent. La rencontre a permis de s’informer réciproquement sur le travail accompli au cours des années précédentes et de se projeter vers la 9e Assemblée générale de la CEPE qui se tiendra à Sibiu du 27 août au 2 septembre sur le thème « Dans la lumière du Christ – appelés à l’espérance ».   

Les personnes suivantes faisaient partie du cercle d’environ 20 participantes et participants : Les invités du Secrétariat de la CEPE à Vienne étaient le secrétaire général Mario Fischer et le responsable des relations avec les Églises, Oliver Engelhardt. Etaient également présent(e)s les délégués et déléguées et l’observatrice et l’observateur que l’EERS a mandaté pour la 9e Assemblée générale de la CEPE, ainsi que des délégués et déléguées d’autres Églises membres de la CEPE en Suisse et au Liechtenstein, comme la pasteure Renate Dienst (BELK) et Dieter Buchholz (président de Église évangélique de Liechtenstein). Les participantes et participants suivant ont donné un rapport sur leurs activités dans les groupes régionaux de la CEPE : Daniel Schmid-Holz (groupe Europe du Sud-Est), Heinz Fäh et Dieter Buchholz (CERR), et Tünde Lamboley (CEPPLE). Christine Oefele, Barbara Damaschke-Bösch, Tabea Stalder et Elio Jaillet avaient participé au cours des dernières années à différents processus d’études de la CEPE. La professeure Christine Schliesser a informé sur ses activités au sein du comité consultatif d’éthique de la CEPE. Les responsables Terre Nouvelle des Églises membres de la CEPE étaient également invités.   

Le Directeur des relations extérieures de l’EERS, Martin Hirzel, a expliqué en guise d’introduction que les Églises protestantes en Suisse ont dès le début accordé beaucoup d’importance à la Concorde de Leuenberg de 1973, qui est devenue par la suite la CEPE. L’intention était de promouvoir l’unité des Églises protestantes après 500 ans de séparation. Les divers travaux réalisés par la CEPE sont importants pour l’ensemble de la Communion d’Églises, mais aussi pour les Églises en Suisse, a-t-il ajouté.   

Mario Fischer a présenté un aperçu de l’Assemblée générale de la CEPE à Bâle en 2018 et du 50e anniversaire de la Concorde de Leuenberg en 2023. L’Assemblée générale qui avait eu lieu en Suisse continue à produire des résultats importants, dont notamment les documents sur la communion ecclésiale et la théologie de la diaspora, ainsi que la Parole de paix sur la fin de la Première Guerre mondiale. Le jubilé de la Concorde de Leuenberg a été célébré surtout de manière décentralisée et de manière très varié, avec diverses manifestations et publications.  

Les travaux théologiques sont actuellement en processus d’évaluation et soumis à un « reality check », notamment en ce qui concerne la question de la réception des documents. Les dialogues avec des Églises qui ne sont pas membres de la CEPE, comme les baptistes et les anglicans, ont été très instructifs, notamment en ce qui concerne les conceptions du baptême et de la Cène. Les dialogues œcuméniques comprennent des discussions avec l’Église catholique romaine, ainsi qu’avec des Églises issues de la migration comme l’Église presbytérienne du Ghana et l’Église luthérienne malgache. Pour la CEPE il est essentiel que les jeunes participent aux discussions théologiques. 

Oliver Engelhardt a conclu la réunion en faisant le point sur les préparatifs de la 9e Assemblée générale à Sibiu. Les missions de travail de l’Assemblée de 2018 qui ont été accomplis entretemps sont celles que la CEPE peut maintenant récolter en tant que « moisson », il s’agit notamment des textes sur les thèmes suivants : Théologie et pratique de la Cène, Discours chrétien sur Dieu, Démocratie et Église ainsi que Sexualité et genre. La CEPE a aussi prévu que les Églises prennent position sur la migration, les défis posés par l’existence de Eglises minoritaires, les relations interreligieuses dans les pays d’Europe, ainsi que sur la démocratie comme défi pour l’Église et la société. Les « ateliers sur l’avenir de la CEPE » se concentreront sur le travail théologique et dogmatique de la CEPE, les relations œcuméniques et interconfessionnelles, l’éthique sociale, les changements actuels et la question de la réception voir de la participation.   

Martin Hirzel a conclu la rencontre en rappelant que la CEPE a créé un site web spécial pour l’Assemblée qui donne accès aux documents de l’Assemblée et permet d’assister à l’Assemblée en direct via le site.    

La prochaine réunion des représentantes et représentants des Églises membres de l’EERS qui sont engagés dans les organes/processus de la CEPE aura probablement lieu dans trois ans. 

Erstes Treffen von EKS-Vertreterinnen und -Vertretern in Arbeitsprozessen der GEKE

Die Evangelisch-reformierte Kirche Schweiz EKS ist Mitglied der Gemeinschaft Evangelischer Kirchen in Europa GEKE, die 1973 auf der Grundlage der Leuenberger Konkordie gegründet wurde. Die EKS beteiligt sich auf verschiedenen Ebenen und in vielfältiger Art und Weise an den Aktivitäten und Arbeitsprozessen der GEKE. Beinahe 20 Personen aus den Mitgliedkirchen der EKS sind im Rahmen der GEKE schon länger oder erst seit kurzem tätig.

Die Vertreterinnen und Vertreter der EKS arbeiten in verschiedenen Arbeitsinstrumenten und -prozessen der GEKE mit. Präsidentin Rita Famos und Serge Fornerod, Leiter Aussenbeziehungen der EKS, luden diese bei der GEKE engagierten Personen zu einem ersten gemeinsamen Treffen am 30. September 2021 in Bern ein. Rita Famos selbst war erst einige Tage zuvor in den Rat der GEKE gewählt worden. Dr. Mario Fischer, Generalsekretär der GEKE, gab einen Einblick in die Struktur und Organe der GEKE, sowie in aktuelle und zukünftige Projekte. Die Vertreterinnen und Vertreter der EKS berichteten über den derzeitigen Stand jener Arbeitsprozesse der GEKE, in denen sie mitwirken. An fast allen Arbeitsprozessen der GEKE sind Vertreterinnen und Vertreter der Mitgliedkirchen der EKS beteiligt. Mario Fischer lud Arbeitsgremien und die Mitgliedkirchen der GEKE ein, sich aktiv mit Themen bei den Vorbereitungen für die nächste GEKE-Vollversammlung 2024 in Sibiu (Rumänien) einzubringen. Ebenso sammelten die Anwesenden Ideen, wie die Schweizer Reformierten das 50-Jahr-Jubiläum der Leuenberger Konkordie 2023 begehen wollen. Die theologische Arbeit bleibt Markenzeichen der GEKE und macht sie zum wichtigsten Partner der EKS.

Der Austausch trug bei den Schweizer Vertreterinnen und -Vertreter in den Prozessen der EKS zu einer besseren Vernetzung bei und stärkte sie in ihrem Engagement für die GEKE. Alle Teilnehmenden wünschten sich die Fortsetzung solcher Treffen auf regelmässiger Basis. Die Rezeption der von der GEKE erarbeiteten Dokumente soll verstärkt werden, insbesondere jener Teile, die für die Ortskirche relevant sind.

EKS-Vertreterinnen und -Vertreter in Arbeitsprozessen der GEKE – rot hervorgehobene Felder

Schaubild
© Mario Fischer | GEKE

Les jalons du l’EERS : La signature de la Concorde de Leuenberg en 1973

Img Kapitel Hihglight Leubenberg F

Leuenberg, trait d’union vers l’Europe

» Lire plus