Don d’organes

Un acte de miséricorde, pas une obligation

En mars 2013, le Conseil fédéral a lancé le plan d’action « Plus d’organes pour des transplantations ». Cette décision a été prise en réaction à l’écart croissant entre d’un côté, le nombre de donneurs d’organes qui est à peu près constant, et de l’autre, celui des patients en attente d’organes, qui est en augmentation. Face à cette situation, le Conseil fédéral, par son plan d’action, entend élever d’environ un tiers le taux de donneurs décédés, pour le faire passer de 13 à 20 personnes par million d’habitants. Pour y parvenir, la stratégie consiste notamment à convertir le modèle du consentement au sens large actuellement prescrit par la loi, en modèle de l’opposition. La publication « Le corps comme don » donne dix réponses claires sur l’encadrement légal du don d’organes du point de vue des Églises.

Le corps comme don : réflexions sur l’encadrement légal du don d’organes du point de vue des Églises

Contact

Frank Mathwig, Chargé des questions théologiques et éthiques