Fêtes religieuses chrétiennes

En souvenir de la vie du Christ

Noël, Vendredi-Saint, Pâques, Pentecôte : même si elles n’ont plus la même signification qu’autrefois, les fêtes religieuses chrétiennes continuent de rythmer la vie quotidienne et la vie publique tout comme la planification de nos loisirs et de nos vacances. Aujourd’hui encore, les périodes de fête de l’année ecclésiastique (ou année liturgique) structurent non seulement le calendrier de l’Église, mais aussi celui de la vie sociale et privée. Mais au-delà de cela, les fêtes religieuses soulignent que le temps de l’existence ne se réduit pas à une chronologie (temps linéaire) : le temps appelle à être utilisé d’une manière structurée, qui ait un sens (temps cyclique).

L’année ecclésiastique ne commence pas en même temps que l’année civile. Elle débute par la période de l’avent, le temps de la venue de Dieu à travers la naissance de Jésus. Selon le décompte chrétien, la semaine ne commence pas le premier jour de travail, mais le jour du repos dominical. Contrairement à la logique économique du « travail avant le plaisir », la structure temporelle biblique et chrétienne reflète l’ordre salvateur de Dieu respectueux des humains.

Les grandes fêtes chrétiennes rappellent solennellement des événements de la vie de Jésus-Christ. À Noël (25 décembre) on commémore sa naissance, le Vendredi saint (le vendredi avant Pâques) sa mort sur la croix, à Pâques (le dimanche après la première pleine lune de printemps) sa résurrection, et à l’Ascension (40e jour après Pâques) son retour vers le Père. La Pentecôte (50e jour après Pâques) n’a pas de lien direct avec la vie de Jésus-Christ, mais rappelle le don de l’Esprit saint aux apôtres (Actes des apôtres 2, 1-13). Les deux grandes fêtes de Noël et de Pâques structurent deux « cycles de fêtes » qui représentent les piliers de l’année ecclésiastique.

L’année ecclésiastique est un agenda qui permet de se remémorer en permanence la vie et l’œuvre du Christ, que ce soit dans le culte célébré en commun, dans la lecture personnelle de la Bible ou dans la prière.

Pâques

Fête de la joie de la résurrection du Christ

Pâques est la plus ancienne et la plus importante fête de la chrétienté. Chrétiennes et chrétiens célèbrent la résurrection du Christ, ils et elles célèbrent la victoire de la vie sur la mort.

La fête de Pâques est toujours fixée au premier dimanche après la première pleine lune du printemps, donc au plus tôt le 22 mars et au plus tard le 25 avril. La fête chrétienne trouve ses racines dans la fête de la Pâque juive (Pessah). La période de Pâques commence le matin de Pâques et se termine 50 jours plus tard avec la Pentecôte.

Dans la semaine précédant Pâques – la Semaine sainte –, les croyants commémorent la Passion, le chemin de souffrance de Jésus jusqu’à sa mort sur la croix. Cela comprend le dernier repas pris avec ses disciples (la cène du Jeudi saint) et le jour de la crucifixion et de la mort de Jésus (Vendredi saint).

La veillée de Pâques est également célébrée dans de nombreuses églises protestantes. En cette nuit (samedi), le chagrin de la mort de Jésus se transforme en joie. La communauté allume donc un cierge pascal qui brûlera pendant toute cette période joyeuse, jusqu’à Pentecôte. Les offices du dimanche (découverte du tombeau vide, fête de la résurrection) et du lundi de Pâques sont célébrés avec de nombreux cantiques et à la lumière des bougies. La semaine de Pâques nous remémore ensuite le cheminement des disciples de la ville de Jérusalem au village d’Emmaüs. Ils n’ont reconnu le Seigneur qui marchait avec eux qu’au moment de la fraction du pain, lors du repas pris ensemble au village.

Le temps de l’Avent comme temps de l’avènement

L’attente de la naissance de Jésus

Pendant l’Avent, les chrétiennes et les chrétiens se préparent à fêter la naissance de Jésus à Noël. Le premier Avent est toujours le dimanche suivant le 26 novembre. Le motif général du temps de l’Avent est l’attente de l’avènement du Messie, qui établira la justice et la paix. En de nombreux endroits, des gens allument des bougies sur la couronne de l’Avent pour symboliser Jésus, lumière du monde. Avent signifie étymologiquement « l’arrivée ».

Les quatre dimanches de l’Avent ont chacun différents messages chrétiens. Le premier Avent est placé sous le signe de l’attente du retour du Christ à la fin des temps. Le deuxième et le troisième Avent sont centrés sur Jean-Baptiste. Le quatrième dimanche de l’Avent parle souvent de l’attente joyeuse de la naissance du Christ. Le temps de l’Avent s’achève le soir du 24 décembre.

La veille de Noël et Noël

Fêter la naissance de Jésus-Christ

Noël fait partie des plus importantes fêtes de la chrétienté avec Pâques, l’Ascension et la Pentecôte. À Noël, les réformées et réformés fêtent la naissance de Jésus-Christ, en qui Dieu s’est fait homme. Le temps de Noël commence la veille de Noël, le 24 décembre, et dure jusqu’au dimanche de l’Épiphanie. Dans le calendrier, le jour de Noël est toujours le quatrième jour après le solstice d’hiver. C’est pourquoi Noël était aussi célébré par le passé comme la fête du retour du soleil après la journée la plus sombre. Lors du culte de Noël, il est de tradition de lire le passage de l’Évangile de Luc racontant la naissance de Jésus, ou de représenter celle-ci sous forme de spectacle de la Nativité (histoire de Noël).